ying et yang



Le YI KING, livre sacré chinois de la plus haute antiquité, nous convie à la connaissance de nous-mêmes. A qui connaît l'astrologie, il apportera un autre point de vue, un autre éclairage, celui de la sagesse orientale. A qui l'ignore , il fournira des réponses concrètes, subtiles, détaillées, se développant et s'enrichissant grâce à l'analogie. Sans hâte, on rapprochera ces réponses des oracles, souvent brefs et impitoyables, délivrés par le Tarot de Marseille. La lenteur même avec laquelle on « tire » le YI KING constitue un rite. Elle est inséparable de l'oracle et souvent on sera étonné, qu'on le tire pour soi, ou plus souvent pour autrui, en amateur ou professionnellement, de la perfection avec laquelle l'hexagramme qui nous est soudainement attribué s'insère dans notre vie quotidienne et ses multiples préoccupations.
A la disposition de quiconque veut le consulter, il existe là un Maître.

L'approche chinoise est très différente de l'approche occidentale ; Jung indique : «Tandis que l'esprit occidental trie, pèse, choisit, classe, isole avec soin, le tableau chinois du moment embrasse tout, jusqu'au détail le plus mince et le plus dépourvu de sens, parce que le moment observé est fait de tous les ingrédients.» Aussi le geste simple qui consiste à interroger l'oracle du Yi King à l'aide de trois pièces de monnaie (ou de quarante-neuf baguettes d'achillée selon la tradition) fait partie du moment observé, et de ce fait répond à l'interrogation par une coïncidence toute chargée de sens.
On interroge le livre comme s'il agissait d'un être réel et l'on reçoit des réponses intelligentes en relation directe avec la préoccupation du moment. Toutes les situations humaines sont représentées par l'un des 64 hexagrammes du Yi King. Chaque hexagramme est composé de deux trigrammes (soit 6 traits au total). Certains traits se transforment et permettent le passage d'un hexagramme vers un autre. Les réponses se trouvent dans les commentaires associés à chacun des hexagrammes, à chaque trait en mutation.